Raison de plus, il faut penser à une monnaie panafricaine !

Jamais le débat sur l’abrogation du Franc CFA et la création d’une monnaie panafricaine ne m’a passionné et hanté à la fois, que durant ce séjour. Loin de chez moi, à Antananarivo (Madagascar). Et ce, même si j’en avais déjà parlé dans un billet. Et pour cause, je n’ai à aucun moment pensé que le franc CFA serait complétement une devise étrange, sur terre malgache. C’est la première surprise que cette vaste île réserve à nous; population d’Afrique de l’Ouest et de l’Est, qui avons répondu à l’invitation de Mondoblog pour la participation au XIe sommet de la francophonie.

Le fait est d’autant plus étonnant que quoi qu’on dise, le franc CFA -XOF et XAF- est la monnaie la plus utilisée en Afrique, en terme de nombre de pays. 15 sur les 54 Etats africains sont dans la zone franc. Encore faut-il rappeler, le Madagascar faisait partie de cette zone, avant sa sortie en 1973.

Sur cette grande île, l’Euro et le Dollar sont tout de même admis. Des devises étrangères qui sont néanmoins utilisées. Autrement, on ne peut pas échanger le F CFA avec l’Ariary (monnaie utilisée au Madagascar), sans passer, soit par l’Euro, ou le Dollar. Preuve que le franc CFA n’a d’estime qu’auprès de nous, utilisateurs. La raison donnée par les uns, « l’Euro et le Dollar sont des devises internationales. » Il est vrai. Sauf que l’Afrique peut aussi avoir une monnaie qui s’impose. Une monnaie gérée par l’Afrique elle-même, et non par le Trésor Français. Une monnaie qui ne soit pas fortement dépendante de l’Euro. Une indépendance monétaire qui n’oblige plus les Etats de la zone franc à déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor Français.

Mais à vrai dire, même les deux devises -XOF pour l’UEMOA* et XAF pour la CEMAC*-, portant le même nom CFA ne sont pas interchangeable entre elles. Regret !

Il est clair que face à cette situation, la plus intelligente des solutions n’est pas que tous les pays mettent en place des dispositifs pour convertir toutes les monnaies sur le continent. Mais plutôt, de réfléchir sérieusement à l’alternative d’une monnaie de l’Union Africaine. Il y va de l’union du continent. Il y va de l’idéal du panafricanisme. Il y va surtout de l’indépendance (effective) de l’Afrique, et de son développement économique.


 

*UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine

*CEMAC : Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *